Un territoire à dominante rurale

L’aire d’étude de l'Observatoire pérenne de l’environnement (OPE) couvre un territoire de 900 km², située pour les deux tiers dans le département de la Meuse (55) et pour un tiers dans celui de la Haute-Marne (52). Regroupant 82 communes, le territoire présente une densité de population de 22 hab. /km² en moyenne, et une activité économique à dominante agricole avec quelques unités industrielles à rayonnement local (menuiserie, fromagerie et fonderie).

Un état initial de l'environnement, établis en partie grace aux données issues des travaux l'OPE, peut être consulté dans le volume 3 de l'étude d'impact du projet Cigéo.
Il présente en détail l'état actuel des connaissances relatives au socio-écosystème du territoire.

En savoir plus

En savoir plus

Implanté en bordure orientale du Bassin parisien, le territoire présente un climat de type océanique tempéré à tendance continentale. On y distingue trois grands ensembles morphologiques :

  • Le plateau du Barrois, occupant le quart Sud-Ouest du département de la Meuse, principalement dévolu aux grandes cultures ;
  • Les coteaux et replats du Kimméridgien au relief plus accentué ;
  • Les vallées plus ou moins larges souvent occupées par des prairies.

Majoritairement composé de plateaux calcaires dont l'altitude varie de 300 à 400 mètres, le territoire abrite des surfaces agricoles très ouvertes parsemées de massifs boisés sur les hauteurs. Les principaux écosystèmes continentaux semi-naturels rencontrés sont les suivants :

  • Grandes cultures, 47 %
  • Forêts, 38.5 %
  • Prairies, 12 %
  • Zones artificialisées, 2.5%
  • Quelques zones humides émaillent le paysage, et le territoire est traversée par plusieurs cours d’eau dont les principaux sont :
    • la Marne et ses affluents à l’Ouest (le Rongeant, l’Osne, Le Mont, le ruisseau de Chevillon…)
    • La Saulx et ses affluents au centre (La Saur, Le Charfrou, L’Orge et la Bureau…)
    • L’Ornain et ses affluents à l’Est (L’Ormançon, l’Ognon, la Maldite…)

On y dénombre une faune et une flore variées, ainsi que quelques espèces protégées.

Les contours de l’aire d'étude de l’OPE sont délimités par des repères naturels (cours d'eau, forêt, etc.) ou anthropiques (routes, etc.).

Au sein de cette aire d’étude, un secteur de 345 km², dit « de référence », a été délimité afin de mener des observations plus approfondies autour de la zone étudiée par l'Andra pour l'implantation du futur Centre industriel de stockage géologique (Cigéo).

 

Explorez le territoire en carte et en photos